CRÉATEUR DE BIEN-ÊTRE - L'HISTOIRE

La vie d'un étudiant PA :Le bon, le mauvais, et tout ce qui se trouve entre les deux

Randall, un étudiant en médecine, s'est assis avec MDF Instruments Crafting Wellness Podcast pour parler de ce que fait un médecin associé, comment le devenir, et pourquoi il aime ça !

TRANSCRIPT

Randall 00:00
Et je me demande pourquoi je fais ça en premier lieu, la seule vraie raison pour laquelle vous pouvez y aller, c'est parce que vous vous sentez concerné. Il y a beaucoup de nuits difficiles, il y aura des moments tristes dans un hôpital, peut-être que quelqu'un ne s'en sortira pas ou que vous aurez de mauvaises nouvelles. Mais je pense à tous les bons moments qui seront là aussi, quand j'aide quelqu'un, ou que je peux dire que vous pouvez rentrer chez vous, ou que les résultats sont revenus, rien à craindre. C'est bénin. Et donc je ne sais pas, je pense que cela définit en quelque sorte la raison pour laquelle il est important d'être dans les soins de santé pour moi.

Brooke Smith 00:38
Bonjour, tout le monde, bienvenue à notre podcast sur le bien-être des artisans. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous présenter Randall, peux-tu nous donner un petit aperçu de toi et te présenter en quelque sorte ? Pour tous ceux qui ne savent pas qui tu es ?

Randall 00:50
Oui, bien sûr, euh, je suis actuellement étudiante en médecine à l'Université de Boston, à l'école de médecine, leur programme de médecine, et je suis située à Boston, et je m'entraîne pour devenir assistante médicale. Pour que je puisse rendre la pareille et travailler dans le domaine de la santé dans le futur.

Brooke Smith 01:04
Can you tell us a little bit about a PA? And what exactly a physician assistant one what that is? And to how you kind of fell into this career path? Because I'm really interested to know how you kind of found this passion?

Randall 01:16
That's actually a great question, because I feel like the terminology can be kind of confusing for physician assistant. And where does that role fall in, like in a healthcare team. So physician assistants are kind of similar to nurse practitioners, we're in the same, I guess, I scope acuity. And our role is to work with a collaborating physicians to assist and giving back in places like primary care, mental health, but we also exist in basically every field, from dermatology to surgery. And we can treat, diagnose, prescribe. So a lot of the things that you would normally assume a position, you might actually be seeing a PA, and your primary care. And I think the terminology can be a little confusing because you hear physician assistant. But in this case, you're just thinking a medical provider that has the ability to write a prescription, treat, and diagnose.

Brooke Smith 02:09
that sounds like you do a lot of similar things that a physician does. What is the difference? What is it that a physician does that a PA won't do.

Randall 02:19
So in this case, we have a lot of the same abilities over time, it's taking time on the PA profession is a little over 50 years old, was actually created by a physician started at Duke University School of Medicine, actually, to be the first program. Some differences and really key differences is we're not independent practitioners. We work under a physician and sometimes you call collaborating in some states and, and supervising terminology is changing to go more along with collaborating, but the difference in our case might be that sometimes, we're always gonna see this like similar cases, but we might see less severe cases and in this case, we're always gonna have somebody check back with which in a lot of times can be can be good because we have another person to run things by for unsure. So in this case, when we think of like the big overall difference between a physician in this case being an MD or do there's a difference in medical education, they have four years plus residency, our programs are 24 months to three years. But we have a lot of the general skills that they deal with allow us to make big strides and important places like primary care and mental health and so that would kind of summarize those differences between levels.

Brooke Smith 03:32
Thank you for clarifying that. So okay, so that that my that was my gonna be my next question about schooling. So tell us a little bit about the the school journey the educational aspect of becoming a PA, do you go to get your ba first and then go to PA school? Or do you go straight to PA school tell us a little bit about what that journey is like.

Randall 03:52
The pa journey is kind of unique actually, when you think about medicine, a lot of people go into nursing, go straight into a you know, as your bachelor's degree. For you know, becoming a physician, you're going to get your undergraduate and then go straight usually into medical school. And so interesting love pa are our students are actually a little bit older than medical students. Because there's a there's a difference in expectations. When you go in. Pa, there's an expectation of patient care experience. So you're going to get your four years of undergraduate, then you might work as you know, a scribe, a medical assistant and dermatology assistant place where you can actually interact, grow bonds, and make sure the PA role is really right for you because it's a unique role. And then after that, you're going to transition into a master's level program where you're going to be trained to become a general practitioner. And a lot of different fields you're going to see emergency surgery, primary pediatrics, ob gyn, so all the same core rotations that physician see. Just once again, the level of education is going to be like one year to doctor and one year clinical rotations. And afterwards, we certify. And I guess in this case, relevancies, which are required for physicians are optional. Sometimes you may want to specialize in a field and make yourself more competitive. And that's a way PhDs can do that. I think that a lot of times when we're thinking about health professionals, it's so easy to compare ourselves to, you know, the perfect person, the perfect 4.0. And you got to realize everyone has a journey, sometimes we don't we trip first and fall on them to get back up. And when I think about my journey, I went to community college. First, I come from a really small town about 3000 people I grew up to 84,000, I came from an even smaller town before then, and rural Missouri. And I went to community college for my first two years, got my associates degree. And then it went on to a state school, University of Missouri, St. Louis, to get my bachelor's. And I think having that difference in education, kinda let me see the difference, a lot of different gaps that exist in medicine. So for me to kind of help. And not only that, I like to share my story, in this case, to see that you don't have to be perfect. I think there was a stigma where I come from where people said, you may not get into PA school, you come from community college. And that's why we reach out to other students or potential pa to say, look, you can do it, I'm a community college guy, and I ended up here, and you can't as well. So I think the ways that we can get into PA school now are so unique. Some people go, you know, directly and some people take a couple years. And so when I think about my journey, specifically, I got a Bachelor's in biology from the University of Missouri, St. Louis. But I'm thankful for the other experience, they got to see rural environments, and how volunteering in an area of 3000 looks like were different to financial resources is so different from an urban city where you might have greater disparities in minority populations.

Brooke Smith 06:54
I think that's really important for everyone listening and watching to understand is that things aren't always linear success doesn't always just go one direction, success very often is, you know, it's just, it's all over the place. Because you go up, you go down, you go sideways, sometimes you feel like you're not moving at all. And then when do you realize, well, I come so far. So I think it's really an inspiring sentiment that you're that you're talking about, because I think it It should motivate everyone listening that we learn from our failures, those those failures are the things that make us strong, they're the things that make us resilient, they're the things that actually help us learn and grow into the direction into the people that we need to be. And every every experience is going to be different. Every everyone's going to have their own unique journey and how they fell into medicine and how they pursue it. And I think it's really important to remember that there's no one path and there's no just like, right way to do it. I think, you know, if you go to community college, you're living proof that you can go to community college, you can even start that way. And actually, it's a really smart way to go. Because you know, you're not paying for four years of a major university when you can go to community college, save a little money, go finish at a state school, and then go on to PA school. I love to hear how long of a break Did you take after getting your bachelor's? And did you scribe? or What did you do in between? Now where you are in your pa journey as back at Boston?

Randall 08:25
First off, I couldn't have said better. Like, that's not linear. But when I think about the break, I took I graduated in 2019. I knew at that point, I kind of wanted to be in healthcare, my mother's a nurse. But it's one of those cases where there's so many different pathways you could take. And I think the job I took max really cemented that I wanted to be a PA specifically, there's difference in things you would do. I have friends who got into PA school from scribing. Me personally, I worked as a patient care tech and dialysis. And what is so unique about that is rather than being an ER and seeing patients every day, you kind of fall in love with your patients, because kidney disease is a lifelong illness. And in this case, you're going to see these people three times a week for the rest of their lives. Or they'll see someone like me. And so what I found so unique about this is that they kind of become like your family. When I when I used to volunteer in a hospital. I saw people for a day, maybe two days and you know, suddenly you learn their birthdays, their kids birthdays, you learn what they like to do for fine, what they still aspire to do. And when I thought about what I want to do, you know I worked in dialysis. I saw a bunch of different roles. You know, we have nurses. We had physician assistants and nurse practitioners that were around. We had nephrologist and that would be like if you're the attending physician. But most of the time actually, the nurse practitioners and physician assistants were actually coming to see your patients more because it was just easier for them to see a lot of the different patients. And so I thought about what did I want my, my future like role as health provider look like? Did I want to be more in hospital? Or did I wanted to hear people's stories about what they did on the weekend? And I also saw a difference. And I guess the level of honesty, if you see a provider, so often you start to be a little more honest. And the reality is, are you going to follow it from the plan? And so you can almost tell it the joking that's, you know, one of the petitioners or peers might have saying, did you okay, how much did you drink? You know, did you drink too much? Are we a little fluid overloaded today. And I think being able to know that and have like a one on one connection with something I said, I know, being a physician assistant is right for me. And I don't know if I would have gotten it some other way. So that's why I say you think like, I think about it, being patient attack not only allowed me to their occupations, but I got to calculate patients for dialysis. So I'm putting, you know, needles, and there's a level of trust there. I don't know when people listening this, what their fear of needles but like 1000 needles or 15 gauge needles, so that's a lot bigger than a normal IV, and someone trust you and say, Oh, it's going to be fine. If it doesn't work, like you. You try again, I think just shows how quickly bonds can be built. And so I'm so glad they took that it didn't have trans girls two years off, because I graduated 2019 started PA school in 2021. to really find my life niche, and so,

Brooke Smith 11:32
So beautiful. I never really thought about that. But it's so true. Because when you're seeing someone on a more regular basis, and maybe you're able to be a little more honest with a PA, because you're like, well, the doctor is a little scary. And, you know, if you're young, and I feel like, you know, it would be a easier way to be like, okay, yeah, I did have a little bit extra to drink last night, and I shouldn't have done that, or whatever that is. And I feel like that kind of relationship that you can build over time. With just having that level of trust, it's a different type of experience. And I think it's just a tiny little light, like you said, pays do a lot of what physicians do, I think it's just this tiny little mental thing that patients just kind of have a different feeling. And so they're they, they would be maybe more open or more honest with you about the care, leaving you to be able to care for them more properly, then if they weren't going to be so honest, because you know, you can't help someone if they're not going to tell you the truth of what's actually what their what their life is actually like and what they're experiencing. in health care. I think it takes a really big hearted, selfless, empathetic person to do what you do. And I can tell from talking to you how much it means to you, and how much you care about other people and their health. And I just want to say thank you. And I think it's really beautiful. And I have no doubt that you found exactly where you should be. Because I know that if I needed help, I would love for you to care for me. Because I can tell that you really, it really matters to you. I would love to hear a little bit about how you found that position in dialysis. Did you know somebody? Because I know you said your mom was a nurse? or How did you kind of fall into that position in between getting your degree and going to PA school?

Randall 13:28
I want to say thank you. I do appreciate I'd love to take care of you. But I need a couple more years to do that.

Brooke Smith 13:34
I passed you

Randall 13:35
by but how do they find that position? That's actually a great question. Because I like how I found myself now on social media. People ask me like what how do I get the first job you need the job to get into case? So how do you get that job? Well, for me, I actually had a friend who told me on this case, they were applying for medical school, but they still thought they may do dialysis. Just to get some better experience. I said, you know, that's actually kind of interesting and unique, a little bit different than normal scribing. But I actually just went online, on their website, and they had a bunch of different openings. And it wouldn't be enough. It's, they have dialysis centers everywhere, because so many people need dialysis. I also apply to other patient care jobs. But I think the biggest thing is just really putting yourself out there. I personally am always somebody who's like, you know, resume, and I'm going to shake your hand and meet you a little more difficult with COVID and everything. But I think showing interest in being president really distinguishes you from other candidates. And if you really want that for shot, you really want to become a PA or whatever healthcare role. You want yourself to sometimes push a little harder and step outside those comfort zones to get to the end goal. You got to think why am I doing what? How do I want my life to look like 5,10, 15 years from now?

Brooke Smith 14:59
Yeah, you don't know what You don't know. And I think it's very wise to talk to other peers, people who are pursuing other medical professions, even if it's not the same as what you're looking at, it can give you ideas and you can be inspired by something. Wow, I didn't, I didn't think of that. That actually sounds great for me, like, could that work for what I'm trying to do? Because I think, you know, sometimes we can get very focused and think, oh, there's only one way to do something, but kind of how we talked about earlier, there's a million ways in, and they're all different. And I think it's really great advice to think outside the box, talk to your peers, talk to other people who are doing what you want to be doing. The internet is such a great way social media, it's such a great way to reach out. And I'm sure if you guys have questions about becoming a PA or anything else, I'm sure that Randall would love to talk to you guys and give you advice. But it's really, really, I think, a wise thing and advice to give to others, is just even opening up the conversation with your peers about how they're going about it. Because you might be surprised at what you find.

Randall 16:01
Yeah, I think bouncing ideas off everyone again, like often feel overwhelming. I think by even talking to other fields, you can see, like you said different ways to solve things. And I welcome questions. You know, I wish I'd had somebody that I guess there were people out there, but you never want to be the person to I guess reach out. And I think get over that fear. You know, ask the right questions, reach out, whatever it takes to put yourself in a position where you feel comfortable going into whatever field interests you, whether it be in medicine, or anything, because I think that one of the regrets I have is that I don't know if I was confident enough. Like I said, you always compare yourself to that perfect person. And I feel like it's a difficult thing. But an unnecessary thing to take a step back from that and just say, I need help. I'm not I'm a little lost. Because there's plenty of people like me, myself included, you can reach out, and we'll have to help anyone who has any questions about getting in or understanding when I go from high school at any step of the way. Isn't it interesting.

Brooke Smith 17:01
that, you know, nobody thinks about you as much as you think about you know what I mean, people aren't actually that concerned with, you know, a lot of times we have this fear and ourselves of like, Oh, I don't want to do this because I don't want to come across this way. Or I'm kind of embarrassed or I'm unsure. But really, it people aren't. People just aren't. They're so busy worrying about themselves and worrying about their own insecurities that they're not even going to notice yours. Do you know what I mean? And so I think, as someone who's been around a little bit, I say like, you must get over that fear. Because no one is gonna, everyone is always gonna think. Thank you for asking, because guess what, if you don't ask for help, or guidance or advice, then you have nothing right? You have no answers well, so you're just stuck exactly where you are, as opposed to putting putting yourself out there and saying, hey, the least, the worst thing that can happen is someone can just say, you know what, no, I don't have time to help you right now. That's it. But where are you differently, you're not anywhere different, because you already had the note to begin with. So I think it's important to remember that the whole quote, like no risk, no reward. I think it comes across as great advice for anything that you're doing in life. Because, you know, you don't want to hold yourself back out of fear. You always want to like take the shot, ask the question. If you don't know something, ask someone who might, because you got to advocate for yourself and have that passion and that fire to get where you are trying to get to.

Randall 18:30
I think adding to that, too. We were the I think fear that result. But in my own experience, if it does happen, it's such a small minority. I know when people reach out to me, and they say thank you, you really helped me understand it just makes me smile, because I'm like, I'm glad I was able to help you. And so even if that does happen, there'll be 10 other people who are happy to help. And so I think sometimes asking someone else, it because you've used them to have expertise not only helps you but it makes them feel better as well. So it's like you're everyone went

Brooke Smith 19:00
what something that you know, now, as three months in to being in Boston and being at PA school, that you you know, now that you wish you kind of would have known a little sooner to tell yourself like any kind of encouraging words or any kind of advice you have.

Randall 19:16
Yeah, that's actually a great question. Because it's so easy to get caught in the moment. I think the biggest advice I give people now when they say it is just enjoy the moment. When I think about what all I've learned through months, it is so much I don't want to say to scare anyone because people will rise to the occasion. Like I've had some of the longest study days I could ever imagine. But I've also had some of the happiest memories with friends, you know, and these are people in that program that you know, it's camaraderie. But I think leading up to this, it's so easy to get caught in should I be doing something should I be preparing? Is there something and I think also, in addition, you worry Am I too old in the program? You worry about like oh These insecurities and I think just enjoying the free time. And being happy with where you are is so good. Because once you get to PA school, or whatever health professional school you go to, that's going to be your life for a little bit. And that's okay. You know, I think things that are worth having, you have to fight for in their journey. But I'd say just finding happiness in the journey before school and entering school is so important. So if I give one piece of advice, it would be go on a road trip. Have fun, don't worry so much am I going to get in? Should I pre prepare and read textbooks, I think that would be like, the one piece of advice I could give is just be happy that you can maybe watch Netflix and go to the gym, you know, for a night that is just that's a treat. I think that's something that, like I said, you don't realize until the situation changes a little.

Brooke Smith 20:55
It's so true to just like, make making sure that you're living your life in between all the moments, you know, because I imagine that like you said, your study days are long and and it's not like you're not living your life, but you're dedicating a portion of your time in your life to studying so that you can have the future that you want to have and help all those people you want to help. But I think it's it's easy to get caught up in like, Oh, I just I can't I can't go to my, my, you know, my brother's graduation or I can't do this this weekend. Because I I have so much studying to do, I'm so behind, I can't go. And then by doing that, you're kind of you're you're not living your life, you're missing out on moments. And I mean, really, you have to make those sacrifices sometimes to like live your life. Because otherwise you're gonna have burnout, you're not gonna, you're gonna feel like what am I doing all of this for it. So I think it's really great advice. Even if it's small moments, you know, maybe you can't take a whole day, but maybe you can take you know, 20 minutes to call friend or get some exercise or whatever that is to make sure that you're giving back to yourself, and you're living your life in between all the moments, because otherwise it goes by so fast. And you're just like what happened to my life? You know, I also wonder, you talked about how you have long, steady days. And I would love if you have any advice on how you get through those? How do you get through your long study days without getting burned out? Do you have any tricks or tips or any kind of advice that helps memorize or any kind of color coordinator? What is that? What does that look like for you?

Randall 22:25
Yeah, that's a great question. I think coming from PA school, no matter where you go to undergraduate or watching for, I'll tell you it is a big culture shock, you know, the level of material and the level you're learning at is very, very high. And there's a high expectation. And I think it requires adoption, and every front. But what I find so useful, and like you said, avoiding burnout, that's it's a long journey, you don't want to over exert yourself, and you don't get to the finish line. I think it's finding actual fun things to do. Like I say, when I say enjoy the moment, life is not only the highest, you shouldn't be you know, your best years are not in front of you there, you know, every day. And I still try to incorporate that during PA school. And that may mean you know, I may study 12 hours, which sounds like a lot, I'll tell you, it's a lot for me, there may be a day before an exam, I'm just looking at material, I break it down, you know, maybe you know, we have different study techniques, 25 minutes study, five minute break, I tried to take an hour go to the gym. And so I give myself these little, I guess pieces of enjoyment or satisfaction, things that bring me joy, to push me. And then every single time I have an exam, I think software is planning some social events, something with friends, and it reminds you Okay, only one more day, two more days. Because I think they can really help you get to that next hurdle. And then when you get to another exam, you do the same. because like you said, that's the amount of work that's required. It's a lot, but it's not unmanageable, because if it was unmanageable, it wouldn't be asked of you. Things I do specifically, I use spaced repetition, I can tell you and I didn't even know what that word meant. Before I got into the school, I was used to you know, reading slides. And that's how electrical learn. But there's degreasers, like on key that will basically put information in front of you sporadically, like in a variable ratio, which will create memorization, there's constant mapping, which might mean that you keep a bunch of similar terms and you try to connect them all. And when you can do that you think on the test. Okay, me not 100% know what this does, but I understand what it connects to. And you kind of cross choice though. Um, and I think a lot of these things overall, you guys, there are a lot of little things but overall, they make the amount that required of you doable and manageable. And I think it's crazy that people messaged me now, Randall, I don't think I can do it. And I'm like, trust me. You'll do it. I'm gonna see you in three years, you're going to be a PA whatever other field you want to be in, and I think that I've even had people that just started the program now and they like, take the first quiz, like, I can't believe I was able to do that much. Instead, I'm like, I'm like, see, you surprise yourself. And I think it's like you said, finding things to look forward to, you know,

Brooke Smith 25:15
It's it's that mentality of like, one foot in front of the other and like, focus on the next step. And the next step, in the next episode, you don't get like, so overwhelmed by looking at like, all the things you have to do. But also, I think gas mining little normalcy in your day, little moments of taking breath of taking time for yourself to try to get that memorization and and I think something I would say to you is, tell yourself, you can do it. You know, the mind is such a powerful thing. And sometimes when I have to do something really difficult that I'm like, I don't know how I'm going to do this. I tell myself, Oh, no problem, I got this, this is going to be easy. I'm going to do it. Who will be like, how are you going to do that? I'm like, Oh, it's no problem. I'm going to do it. And I just told myself that I can do it. And you wouldn't believe how what a difference it makes it sounds so silly, but but just turning your mind and saying like, this is easy, I can do this, even when it's not you just tell yourself it is. And you'll find instead of being discouraged, when you can't remember is something you're like, no, I got this, I'm going to I can do this, I know I can do this. And your your brain will remember also, I think, I don't know if you ever do this when you memorize. But sometimes when I'm trying to memorize something, I'll take little tiny power naps. And I mean, like maybe two minutes, I just close my eyes after I'm trying to memorize something for a while. And I think about it for the first maybe 30 seconds in my mind. And then I close my eyes and I don't think about it at all. And when in two minutes time when I come back, I'm like, Oh, actually I can remember I'm remember this a lot better. Because you're giving your brain like a moment to kind of just like absorb it all. Does that ever happen to you where you're like trying to memorize something and you're like, I can't I can't remember this. And then the next morning, you just know it.

Randall 26:50
But it's one of those ideas where you might have hit that point that's, it's why they actually encouraged it takes like 25 minutes on five minutes off, maybe go for a walk. I also do Now you mentioned that I do like sometimes midday naps. And I'm not sure exactly the science of it. But there's some scientists like under 20 minutes or under some sunset period where you reset your brain. And that can be so useful. Because if you sit there looking at it forever, sometimes it just like it's not going to click but then like you said, You wake up the next day, and you're like, have it all exactly as it was. And I also want to say about that, that self belief. It's almost like a self fulfilling prophecy. So I love that you mentioned that. Because when you believe in yourself, it's easy. Whenever you get stuck, you say I'm going to find another way. But if you don't, if you if you're doubting yourself, you're just going to give up. And so I think that that might be like, I'm going to see like take that point. Because that is social so important.

Brooke Smith 27:44
Yeah, I think you just encourage yourself, like you would encourage your friend or your family member, you know, like you got this you can do it. You know, I think just encourage that that little self talk like you can get through this. It does really make a huge difference when it when it comes to. And then you surprise yourself like what you were talking about, you're like, Oh my gosh, I can't believe I did that. Like I memorize that whole thing. And like, three hours, I thought it was gonna take me nine or whatever it is. And you're you surprised yourself. But that's good. Because we're capable of so much more than we even realize we don't give ourselves enough credit for how much we're capable for. So these things when you surprise yourself, it's such a good reminder to be like, Oh my gosh, I grew a little bit and like what else can I do that I didn't think I could do before. And it goes back to what you were talking about stepping outside of your comfort zone and kind of stretching yourself a little bit. And then realizing like how how far you can go just by tiny little tiny little stretches or tiny little outside the box choices.

Randall 28:39
Yeah, I love this, that whatever on this idea, because I think that is such a crucial part that's like often skipped over I think social media often focus on the highs and there are really big highs. But it's important to realize that there will be double back bad days, but how you deal with those kind of defines who you are as a person and how you will face and overcome adversity in the future. Rolling healthcare is so taxing that will be the the greatest days, I actually had one of the most humbling and you know, kind of difficult moments recently, we were in a cadaver lab and I got to hold a human heart. Someone sacrificed their you know, their body for science. And it was such a moment that was it emotions almost came over me it was like a very emotional moment. Because to be in a position like that. It wasn't a high it wasn't low somewhere in between. And I think it's being appreciative of those moments and just realizing that we have to get through tough times. And things like that even for you on to want to be the best you can because I don't want this person to sacrifice their body in vain. I want to help 1000 people from what I learned from from this one person inside the moment that we're in our that can be highs and lows, but it's just important that we always find the good and what we're doing.

Brooke Smith 29:59
Now I mean, you're you're such an incredible person, I think, just the fact that you, you're literally holding human heart in your hands. And you're having gratitude for that. You're saying thank you for donating your body to science so that I can learn so that I can go help 1000s of people because I learned from you. And it's just such a beautiful journey that we're on together on this planet. You know, it can be so easy to think about all the things you don't have, or all of the sailing or I didn't, I failed this test, or whatever it is, it's like it doesn't doesn't matter that you fall, it matters, how you recover from the fall. You know, it matters, what you learned from the fall, it matters how grateful you are for the fall for teaching you the lesson that you needed to learn. And you might have to learn the same lesson more than once. I mean, it'll come in as many times as you need to learn it. But I think having gratitude, which obviously, you have so much of makes you an incredible, soon to be PA, I would love to hear. So I know you're three months into your journey. So does that mean because you said a journey could be 24 to 36 months? How long is your journey? And why is there a discrepancy between 24 and 36? Or is that just if you go slow?

Randall 31:05
That's a great question. There's a lot of factors on I guess, a little bit different. It's very similar with nurse practitioners. To become a physician, most medical schools are almost all the same exact same, like there's a couple three years that are accelerated. Pa programs are a little different. Because some of them have different core focuses. Boston University School of Medicine Physician Assistant Program, which is what I go is a little unique because it's one of two, where we take 70 to 80% of our class with medical students, second year medical students. And some people may say why you're going to be officially sustained. Why would you want to learn the same? And that's a great question. Our university believes that incorporate early. And so that means the product a little bit longer, it's 28 months, leads to a higher level of medical knowledge. And not only that, you've got to realize that you're gonna be working with the healthcare team. These physicians, in this case are sometimes you're collaborating and supervising you, they understand you have the same knowledge when that same class with me took the same task. And that can also increase the provider to provider trust, which is important. Some other reasons do because a 24 month it's the founder of physician assistant education. A lot of them in California, like Stanford's USC is our 30 to 32 months. And that's because they have such a they spend a lot of time on some employer rotations, and comes more on deductive education. So you can kind of be up to university decide, what do we want? Do we want more electives to kind of let people see? Or do we really want a lot of time with active education. But like you said, some do have longer breaks, I have a friend who goes to a program, and her program gives her three months off. So her program is longer as a result of that. So it kind of just depends, I know there are some only choices as well in part time if you want to exaggerate the journey, but most of the time, the difference is really up to the university say what do we want you to learn whenever you graduate? Like how are we going to distinguish you a little bit from another physician assistant. And I think I kind of like that, that there's sometimes it's good to think if we're working in a team, everyone might have a skill that's a little bit better. You know, because if we all have the same skills, we're all good at doing the same job. But it's kind of nice to think that we might have a little bit of a specialty, right? When we start

Brooke Smith 33:27
what you want to do what you want your specialty to be when you become a PA,

TRANSCRIPT

Randall 00:00
Et je me demande pourquoi je fais ça en premier lieu, la seule vraie raison pour laquelle tu peux y aller, c'est parce que tu te sens concerné. C'est beaucoup de nuits difficiles, ça va être des moments tristes dans un hôpital, peut-être que quelqu'un ne s'en sortira pas ou que tu auras de mauvaises nouvelles. Mais je pense à tous les bons moments qui vont être être là aussi, quand j'aide quelqu'un, ou que je peux dire que vous pouvez rentrer chez vous, ou que les résultats sont revenus, rien à craindre. C'est bénin. Et donc je ne sais pas Je ne sais pas, je pense que cela définit en quelque sorte la raison pour laquelle il est important d'être dans les soins de santé pour moi.

Brooke Smith 00:38
Bonjour, tout le monde, bienvenue à notre podcast sur le bien-être des artisans. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous présenter Randall, pouvez-vous nous donner un petit aperçu de toi-même et te présenter en quelque sorte ? Pour tous ceux qui ne savent pas qui tu es ?

Randall 00:50
Oui, bien sûr, hum, je suis actuellement étudiante en médecine à l'université de Boston, à l'école de médecine, leur programme de médecine, et je suis située à Boston, et je... m'entraîne à devenir un assistant médical. Pour que je puisse rendre la pareille et travailler dans le domaine de la santé dans le futur.

Brooke Smith 01:04
Pouvez-vous nous parler un peu d'un PA ? Et ce qu'est exactement un médecin assistant un ce que c'est ? Et comment vous êtes tombé dans cette carrière chemin ? Parce que je suis vraiment intéressée de savoir comment vous avez en quelque sorte trouvé cette passion ?

Randall 01:16
C'est une bonne question, parce que j'ai l'impression que la terminologie peut être un peu confuse pour les assistants médicaux. Et où est-ce que ce rôle dans une équipe de soins de santé. Les assistants médicaux sont un peu comme les infirmières praticiennes, on est dans le même, je suppose, champ d'application... acuité. Et notre rôle est de travailler avec un médecin collaborateur pour aider et redonner dans des domaines comme les soins primaires, la santé mentale, mais nous existons aussi existons dans pratiquement tous les domaines, de la dermatologie à la chirurgie. Et nous pouvons traiter, diagnostiquer, prescrire. Donc, beaucoup de choses pour lesquelles vous devriez normalement supposer un poste, vous pourriez en fait voir un AP, et vos soins primaires. Et je pense que la terminologie peut être un peu confuse parce que vous entendez assistant de médecin. Mais dans ce cas, vous pensez juste à un fournisseur médical qui a la capacité d'écrire une prescription, de traiter et de diagnostiquer

Brooke Smith 02:09
On dirait que vous faites beaucoup de choses similaires à celles d'un médecin. Quelle est la différence ? Qu'est-ce qu'un médecin fait qu'un assistant médical ne fera pas ne fera pas.

Randall 02:19
Donc, dans ce cas, nous avons beaucoup des mêmes capacités au fil du temps, il faut du temps sur la profession d'AP est un peu plus de 50 ans, a été en fait créée par un médecin de l'école de médecine de l'université de Duke, en fait, le premier programme. Quelques différences et vraiment des différences clés différences sont que nous ne sommes pas des praticiens indépendants. Nous travaillons sous la direction d'un médecin et parfois vous appelez ça collaborer dans certains états et, et la terminologie de supervision est en train de changer pour aller plus loin avec la collaboration, mais la différence dans notre cas pourrait être que parfois, nous allons toujours on va toujours voir des cas similaires, mais on peut voir des cas moins sévères et dans ce cas, on va toujours avoir quelqu'un qui va vérifier avec qui en ce qui est souvent une bonne chose car nous avons une autre personne à qui confier les choses pour être sûrs. Donc dans ce cas, quand on pense à la grande différence globale entre un médecin, dans ce cas être un MD ou faire, il y a une différence dans l'éducation médicale, ils ont quatre ans plus de résidence, nos programmes sont de 24 mois à trois ans. Mais nous avons beaucoup de compétences générales qui nous permettent de faire de grands progrès. dans des domaines importants comme les soins primaires et la santé mentale, ce qui résume bien les différences entre les niveaux.

Brooke Smith 03:32
Thank you for clarifying that. So okay, so that that my that was my gonna be my next question about schooling. So tell us a little bit about the the school journey the educational aspect of becoming a PA, do you go to get your ba first and then go to PA school? Or do you go straight to PA school tell us a little bit about what that journey is like.

Randall 03:52
Le parcours du pa est un peu unique en fait, quand on pense à la médecine, beaucoup de gens se dirigent vers les soins infirmiers, vont directement dans un, vous savez, comme votre licence. Pour devenir médecin, il faut obtenir un diplôme de premier cycle, puis aller directement à l'école de médecine. Et donc, ce qui est intéressant, c'est que nos étudiants sont en fait un peu plus âgés que les étudiants en médecine. Parce qu'il y a une... il y a une différence dans... attentes. Quand vous y allez. Pa, il y a une attente d'expérience de soins aux patients. Donc vous allez avoir vos quatre années de licence, puis tu pourrais travailler comme tu sais, un scribe, un assistant médical et un assistant en dermatologie où tu peux réellement interagir, développer des liens, et t'assurer que le rôle d'assistant médical est vraiment fait pour vous parce que c'est un rôle unique. Et puis après cela, vous allez faire la transition vers un programme de niveau master où tu seras formé pour devenir un médecin généraliste. Et dans beaucoup de domaines différents, vous verrez la chirurgie d'urgence, la pédiatrie primaire. pédiatrie, gynécologie obstétrique, donc toutes les mêmes rotations de base que les médecins. Juste une fois de plus, le niveau d'éducation sera d'un an pour devenir médecin et un an de rotations cliniques. Et ensuite, nous certifions. Et je suppose que dans ce cas, les relevés, qui sont requis pour les médecins sont facultatives. Parfois, vous pouvez vouloir vous spécialiser dans un domaine et vous rendre plus compétitif. Et c'est une façon pour les docteurs de le faire. Je pense que souvent souvent, lorsque nous pensons aux professionnels de la santé, il est si facile de nous comparer à, vous savez, la personne parfaite, le parfait 4.0. Et vous devez réaliser que tout le monde a un parcours, parfois on ne trébuche pas en premier et on tombe sur eux pour se relever. Et quand je pense à mon parcours, je suis allé à l'université communautaire. D'abord, je viens d'une très petite ville d'environ 3000 habitants, j'ai grandi jusqu'à 84 000, je venais d'une ville encore plus petite avant ça. encore plus petite avant ça, et de la campagne du Missouri. Et je suis allé au community college pour mes deux premières années, j'ai eu mon diplôme d'associé. Et puis j'ai continué dans une école publique, l'Université du Missouri, à St. Louis, pour obtenir ma licence. Et je pense qu'avoir cette différence dans l'éducation, m'a permis de voir la différence. différence, beaucoup de lacunes différentes qui existent dans la médecine. Donc pour moi, c'est une sorte d'aide. Et pas seulement ça, j'aime partager mon histoire, dans ce cas, pour voir que vous n'avez pas à être parfait. Je pense qu'il y avait un stigmate d'où je viens où les gens disaient, vous ne pouvez pas entrer dans l'école d'AP, vous venez de l'université communautaire. Et c'est pour ça qu'on tend la main à d'autres étudiants ou à des étudiants potentiels pour leur dire, regardez, vous pouvez le faire, je suis un gars de l'université communautaire, et j'ai fini ici, et vous ne pouvez pas le faire aussi. Je pense donc que les moyens d'entrer dans une école d'administration publique sont uniques. Certaines personnes vont, vous savez, directement et d'autres prennent quelques années. Et donc quand je pense à mon parcours, spécifiquement, j'ai eu une licence en biologie de l'Université du Missouri, St. Université du Missouri, St. Louis. Mais je suis reconnaissant pour l'autre expérience, ils ont pu voir les environnements ruraux, et comment le volontariat dans une zone de 3000 ressemble étaient différentes aux ressources financières est si différente d'une ville urbaine où vous pourriez avoir de plus grandes disparités dans les minorités dans les populations minoritaires,

Brooke Smith 06:54
Je pense que c'est vraiment important pour tous ceux qui écoutent et regardent de comprendre que les choses ne sont pas toujours linéaires, le succès n'est pas toujours juste dans une seule direction, le succès est souvent, vous savez, c'est juste, c'est un peu partout. Parce que vous montez, vous descendez, vous allez de côté, parfois tu as l'impression de ne pas bouger du tout. Et puis quand vous réalisez, eh bien, je viens de si loin. Donc je pense que c'est vraiment un sentiment inspirant que dont tu parles, parce que je pense que ça devrait motiver tous ceux qui nous écoutent à apprendre de nos échecs, que ces échecs sont les choses qui nous rendent forts, les choses qui nous rendent résilients, les choses qui nous aident à apprendre et à grandir dans la direction dans la direction des personnes que nous devons être. Et chaque expérience va être différente. Tout le monde va avoir son propre parcours unique. et comment ils sont tombés dans la médecine et comment ils la poursuivent. Et je pense qu'il est vraiment important de se rappeler qu'il n'y a pas qu'un seul chemin et qu'il n'y a pas... et qu'il n'y a pas de bonne façon de le faire. Je pense, vous savez, si vous allez à l'université communautaire, vous êtes la preuve vivante que vous pouvez aller à l'université communautaire, vous tu peux même commencer comme ça. Et en fait, c'est une façon très intelligente de faire. Parce que vous savez, vous ne payez pas pour quatre ans d'une grande université alors que vous pouvez aller à l'université communautaire, économiser un peu d'argent, finir dans une école publique, et ensuite aller à l'école publique. J'aime entendre combien de temps pause avez-vous pris après avoir obtenu votre baccalauréat ? Et avez-vous fait du scribe ? ou Qu'avez-vous fait entre les deux ? Maintenant, où en êtes-vous dans votre voyage PA comme de retour à Boston ?

Randall 08:25
Tout d'abord, je n'aurais pas pu dire mieux. Comme, ce n'est pas linéaire. Mais quand je pense à la pause, j'ai pris mon diplôme en 2019. Je savais à ce moment-là que je voulais être dans la santé, ma mère est infirmière. Mais c'est un de ces cas où il y a tellement de chemins différents que vous pourriez prendre. Et je pense que le travail que j'ai pris au maximum a vraiment cimenté le fait que je voulais être un AP spécifiquement, il y a des différences dans les choses que vous feriez. J'ai des amis des amis qui sont entrés dans une école d'assistante médicale en étant scribe. Moi personnellement, j'ai travaillé comme technicienne en soins aux patients et en dialyse. Et ce qui est si unique à ce sujet est plutôt que d'être aux urgences et de voir des patients tous les jours, vous tombez en quelque sorte amoureux de vos patients, parce que la maladie rénale est une maladie à vie. Et dans ce cas, vous allez voir ces gens trois fois par semaine pour le reste de leur vie. Ou ils verront quelqu'un comme moi. Et donc ce que j'ai trouve si unique, c'est qu'ils deviennent comme une famille. Quand j'étais volontaire dans un hôpital. Je voyais les gens pendant un jour, peut-être deux jours et vous savez, soudainement vous apprenez leurs anniversaires, les anniversaires de leurs enfants, vous apprenez ce qu'ils aiment faire pour s'amuser, ce qu'ils aspirent toujours aspirent à faire. Et quand j'ai pensé à ce que je voulais faire, vous savez, j'ai travaillé en dialyse. J'ai vu un tas de rôles différents. Vous savez, nous avons des infirmières. Nous avions des assistants médicaux et des infirmières praticiennes qui étaient là. On avait des néphrologues et c'était comme si vous étiez le médecin traitant. médecin. Mais la plupart du temps en fait, les infirmières praticiennes et les assistantes médicales venaient voir vos patients plus souvent parce que c'était plus facile pour eux de voir beaucoup de patients différents. Et donc j'ai pensé à ce que je voulais que mon, mon futur rôle en tant que en tant que professionnel de santé ? Est-ce que je voulais être davantage à l'hôpital ? Ou est-ce que je voulais entendre les histoires des gens sur ce qu'ils faisaient le week-end ? Et j'ai aussi vu une différence. Et je suppose que le niveau d'honnêteté, si vous voyez un prestataire, vous commencez souvent à être un peu plus honnête. Et la réalité est, allez-vous vas-tu suivre le plan ? Et donc vous pouvez presque le dire à la blague que, vous savez, l'un des pétitionnaires ou des pairs pourrait avoir en disant, est-ce que tu as bien, combien as-tu bu ? Tu sais, est-ce que tu as trop bu ? Est-ce qu'on est un peu surchargé en liquide aujourd'hui. Et je pense qu'être capable de savoir et avoir comme une connexion individuelle avec quelque chose que j'ai dit, je sais, être un assistant médical est bon pour moi. Et je ne sais pas si j'aurais l'aurais eu d'une autre manière. Donc c'est pourquoi je dis que vous pensez, j'y pense, que l'attaque des patients ne m'a pas seulement permis de connaître leur occupations, mais j'ai pu calculer les patients pour la dialyse. Donc je mets, vous savez, des aiguilles, et il y a un niveau de confiance là. Je ne sais pas quand les gens écoutent ça, quelle est leur peur des aiguilles, mais comme 1000 aiguilles ou des aiguilles de calibre 15, alors c'est beaucoup plus grand qu'une IV normale, et quelqu'un vous fait confiance et dit : "Oh, ça va bien se passer. Si ça ne marche pas, comme vous. Vous réessayez, je pense que ça montre à quelle vitesse les liens peuvent être se construire. Et donc je suis si heureuse qu'ils aient pris qu'il n'y avait pas de filles transgenres deux ans de congé, parce que j'ai été diplômée en 2019 et j'ai commencé l'école d'AP en 2021. pour vraiment trouver ma place dans la vie, et donc,

Brooke Smith 11:32
C'est si beau. Je n'ai jamais vraiment pensé à ça. Mais c'est tellement vrai. Parce que quand tu vois quelqu'un plus régulièrement, et peut-être que tu es capable d'être un peu plus honnête avec l'assistante sociale, parce que tu te dis que le docteur est un peu effrayant. Et, vous savez, si vous êtes jeune, et je pense que que ce serait plus facile de dire : "OK, oui, j'ai un peu trop bu hier soir, et je n'aurais pas dû le faire". ça, ou peu importe ce que c'est. Et je pense que ce genre de relation que vous pouvez construire au fil du temps. Avec juste ce niveau de confiance, c'est un un autre type d'expérience. Et je pense que c'est juste une toute petite lumière, comme vous l'avez dit, les pays font beaucoup de ce que les médecins font, je pense que c'est juste cette toute petite chose mentale que les patients ont un sentiment différent. Et donc ils sont, ils seraient peut-être plus ouverts ou plus honnêtes avec vous sur les soins, vous permettant de les soigner plus correctement, que s'ils n'étaient pas aussi honnêtes, parce que vous savez. vous savez, vous ne pouvez pas aider quelqu'un s'il ne vous dit pas la vérité sur ce qu'est réellement sa vie et ce qu'il vit. ce qu'ils vivent. dans les soins de santé. Je pense qu'il faut un grand cœur, une personne désintéressée et empathique pour faire ce que vous faites. Et je peux dire en Et je peux dire en vous parlant combien cela signifie pour vous, et combien vous vous souciez des autres et de leur santé. Et je veux simplement vous remercier. Et je pense que c'est vraiment magnifique. Et je n'ai aucun doute que vous avez trouvé exactement où vous devriez être. Parce que je sais que si j'avais besoin d'aide, j'aimerais que vous de prendre soin de moi. Parce que je peux dire que c'est vraiment, vraiment important pour toi. J'aimerais entendre un peu comment vous avez trouvé ce poste en dialyse. Connaissiez-vous quelqu'un ? Parce que je sais que vous avez dit que votre mère était une infirmière ? ou comment vous êtes tombé sur ce poste entre l'obtention de votre diplôme et d'aller à l'école de médecine ?

Randall 13:28
Je tiens à vous remercier. J'apprécie et j'aimerais prendre soin de vous. Mais j'ai besoin de quelques années de plus pour le faire.

Brooke Smith 13:34
Je vous ai dépassé

Randall 13:35
mais comment trouvent-ils ce poste ? C'est en fait une excellente question. Parce que j'aime bien comment je me suis trouvé maintenant sur les médias sociaux. Les gens me demandent comment trouver le premier emploi, vous avez besoin d'un emploi pour entrer dans l'affaire ? Alors comment obtenir ce travail ? Eh bien, pour moi, j'avais en fait un ami qui m'a dit qu'ils avaient postulé pour l'école de médecine, mais qu'ils pensaient toujours faire de la dialyse. Juste pour avoir une meilleure expérience. J'ai dit, vous tu sais, c'est en fait intéressant et unique, un peu différent du scribe normal. Mais je suis allé en ligne, sur leur site web, et ils avaient un tas d'ouvertures différentes. Et ça ne serait pas suffisant. Ils ont des centres de dialyse partout, parce que tant de de personnes ont besoin de dialyses. Je postule aussi à d'autres emplois de soins aux patients. Mais je pense que le plus important, c'est de se mettre en avant. I personnellement, je suis toujours quelqu'un qui dit, vous savez, CV, et je vais vous serrer la main et vous rencontrer un peu plus difficilement avec COVID et et tout. Mais je pense que montrer votre intérêt pour la présidence vous distingue vraiment des autres candidats. Et si vous voulez vraiment ça pour tirer, vous voulez vraiment devenir un PA ou n'importe quel rôle de soins de santé. Tu veux parfois pousser un peu plus loin et sortir de ces zones de confort pour atteindre l'objectif final. Vous devez vous demander pourquoi je fais ça ? À quoi je veux que ma vie ressemble dans 5, 10 ou 15 ans ?

Brooke Smith 14:59
Oui, tu ne sais pas ce que tu ne sais pas. Et je pense qu'il est très sage de parler à d'autres pairs, des gens qui font d'autres professions médicales, même si ce n'est pas la même chose que ce que vous envisagez, ça peut vous donner des idées et vous pouvez être inspiré par quelque chose. Wow, je n'avais pas, je n'avais pas pensé à à ça. En fait, ça me semble génial, ça pourrait marcher pour ce que j'essaie de faire ? Parce que je pense, vous savez, parfois on peut être très concentrés et penser, oh, il n'y a qu'une seule façon de faire quelque chose, mais comme on en a parlé plus tôt, il y a un million de façons, et elles sont toutes différentes. Et je pense que c'est un très bon conseil de sortir des sentiers battus, de parler à vos pairs, de parler à d'autres personnes qui font ce que vous voulez faire. L'internet est un moyen tellement génial pour les médias sociaux, c'est un moyen tellement génial d'atteindre les autres. Et je suis sûr que si vous avez des questions sur le fait de devenir un AP ou quoi que ce soit d'autre, je suis sûr que Randall aimerait vous parler et vous donner des conseils. Mais c'est vraiment, vraiment, je pense, une sage chose et un conseil à donner aux autres, c'est juste d'ouvrir la conversation avec vos pairs sur la façon dont ils s'y prennent. Parce que vous pourriez être surpris de ce que vous trouvez.

Randall 16:01
Ouais, je pense que rebondir sur les idées de tout le monde, c'est souvent écrasant. Je pense que même en parlant à d'autres domaines, tu peux voir, comme tu l'as dit. différentes façons de résoudre les choses. Et j'accepte les questions. Vous savez, j'aurais aimé avoir quelqu'un qui, je suppose qu'il y a des gens là-bas, mais vous ne voulez jamais vouloir être la personne qui doit tendre la main. Et je pense qu'il faut surmonter cette peur. Tu sais, pose les bonnes questions, tends la main, tout ce qu'il faut pour te mettre pour te mettre dans une position où tu te sens à l'aise pour aller dans le domaine qui t'intéresse, que ce soit la médecine ou autre, parce que je pense que que l'un de mes regrets est de ne pas avoir été assez confiant. Comme je l'ai dit, on se compare toujours à la personne parfaite. Et je pense que c'est une chose difficile. Mais une chose inutile de prendre du recul par rapport à ça et de dire, j'ai besoin d'aide. Je ne suis pas, je suis un peu perdue. Parce qu'il y a plein de gens comme moi, moi y compris, vous pouvez tendre la main, et nous devrons aider tous ceux qui ont des questions pour l'entrée ou la compréhension du passage du lycée à n'importe quelle étape du chemin. N'est-ce pas intéressant

Brooke Smith 17:01
que, tu sais, personne ne pense à toi autant que tu penses à toi, tu sais ce que je veux dire, les gens ne sont pas vraiment concernés par, tu sais. souvent on a cette peur et on se dit : "Oh, je ne veux pas faire ça parce que je ne veux pas paraître comme ça". Ou je suis un peu embarrassé ou je ne suis pas sûr. Mais en fait, les gens ne le sont pas. Les gens ne le font tout simplement pas. Ils sont tellement occupés à s'inquiéter d'eux-mêmes et à s'inquiéter de leurs propres insécurités qu'ils ne vont même pas remarquer les tiennes. Tu vois ce que je veux dire ? Et donc je pense, en tant que personne qui a un peu d'expérience, je dis que tu dois surmonter cette peur. Parce que personne ne va, tout le monde va toujours penser. Merci de demander, parce que devinez quoi, si vous ne demande pas d'aide, de conseils ou d'avis, alors tu n'as rien, n'est-ce pas ? Vous n'avez pas de réponses, donc vous êtes juste coincé exactement là où vous êtes. au lieu de vous mettre en avant et de dire, hey, la moindre, la pire chose qui puisse arriver est que quelqu'un puisse dire, vous savez quoi, non, je n'ai pas le temps de t'aider en ce moment. C'est tout. Mais où es-tu différemment, tu n'es nulle part différemment, parce que tu avais déjà le la note pour commencer. Donc je pense qu'il est important de se rappeler que toute la citation, comme pas de risque, pas de récompense. Je pense que c'est un bon conseil pour tout ce que tu fais dans la vie. Parce que, tu sais, tu ne veux pas te retenir par peur. Tu veux toujours, comme prendre le le coup, poser la question. Si vous ne savez pas quelque chose, demandez à quelqu'un qui pourrait, parce que vous devez vous défendre et avoir cette passion et ce feu pour arriver là où vous essayez d'arriver.

Randall 18:30
Je pense qu'il faut ajouter à cela, aussi. Je pense que nous étions les premiers à craindre ce résultat. Mais d'après ma propre expérience, si ça arrive, c'est une si petite minorité. Je sais que quand les gens me contactent, et me disent merci, vous m'avez vraiment aidé à comprendre, ça me fait sourire, parce que je suis comme, je suis heureux d'avoir pu t'aider. Et même si cela arrive, il y aura 10 autres personnes qui seront heureuses de vous aider. Et donc je pense que parfois, demander à quelqu'un d'autre. parce que tu as utilisé leur expertise, non seulement ça t'aide, mais ça les fait se sentir mieux aussi. C'est comme si tout le monde était là.

Brooke Smith 19:00
quelle est la chose que vous savez, maintenant, après trois mois à Boston et à l'école d'administration publique, que vous savez, maintenant, que vous auriez aimé avoir su un peu plus tôt pour vous dire comme n'importe quel type de mots encourageants ou n'importe quel type de conseil que vous avez.

Randall 19:16
Oui, c'est en fait une excellente question. Parce que c'est si facile d'être pris dans le moment présent. Je pense que le plus grand conseil que je donne aux gens maintenant quand ils le disent, c'est de profiter du moment présent. Quand je pense à tout ce que j'ai appris au fil des mois, il y a tellement de choses que je ne veux pas dire pour effrayer quelqu'un parce que les gens vont se montrer à la hauteur de l'occasion. J'ai eu des journées d'étude parmi les plus longues que je puisse imaginer. Mais j'ai aussi eu certains des souvenirs les plus heureux avec des amis, vous savez, et ce sont des gens dans ce programme que vous connaissez, c'est la camaraderie. Mais je pense qu'avant d'en arriver là, c'est si facile d'être pris dans l'engrenage de ce que je devrais faire, de ce que je devrais préparer ? Est-ce qu'il y a quelque chose et je pense aussi, en plus, que vous vous inquiétez Est-ce que je suis trop vieux dans le programme ? Tu t'inquiètes de ces insécurités, et je pense qu'il faut juste profiter du temps libre. Et être heureux là où tu es. si bon. Parce qu'une fois que vous êtes à l'école d'administration publique, ou n'importe quelle école de professionnels de la santé, ça va être votre vie pour un petit moment. Et c'est bien. Vous savez, je pense que les choses qui valent la peine d'être possédées, il faut se battre pour les obtenir. Mais je dirais que juste trouver le bonheur dans le voyage avant l'école et en entrant dans l'école est si important. Donc si je devais donner un conseil, ce serait de faire un road trip. Amusez-vous, ne vous inquiétez pas à quel point je vais être accepté ? Devrais-je me préparer et lire des manuels, je pense que ce serait comme, le seul conseil que je pourrais donner est juste d'être d'être heureux de pouvoir regarder Netflix et d'aller à la gym, tu sais, pour une nuit, c'est juste un plaisir. Je pense que c'est quelque chose que, comme je l'ai dit. j'ai dit, tu ne réalises pas jusqu'à ce que la situation change un peu.

Brooke Smith 20:55
C'est tellement vrai de s'assurer que tu vis ta vie entre tous ces moments, tu sais, parce que j'imagine que comme tu l'as dit. tes journées d'études sont longues et ce n'est pas comme si tu ne vivais pas ta vie, mais tu consacres une partie de ton temps à étudier pour pouvoir avoir le futur que vous voulez avoir et aider tous ces gens que vous voulez aider. Mais je pense que c'est facile de se faire de se dire : "Oh, je ne peux pas aller à la remise des diplômes de mon frère, ou je ne peux pas faire ça ce week-end". Parce que j'ai tellement beaucoup d'études à faire, je suis tellement en retard, je ne peux pas y aller. Et en faisant ça, tu ne vis pas ta vie, tu rates des des moments. Et je veux dire, vraiment, tu dois faire ces sacrifices parfois pour vivre ta vie. Parce que sinon, tu vas t'épuiser, tu ne vas pas, tu vas te sentir comme si je faisais tout ça pour ça. Donc je pense que c'est un très bon conseil. Même si ce sont de petits moments, vous tu sais, peut-être que tu ne peux pas prendre une journée entière, mais peut-être que tu peux prendre 20 minutes pour appeler un ami ou faire de l'exercice ou quoi que ce soit d'autre pour pour être sûr que tu te rendes à toi-même, et que tu vis ta vie entre tous ces moments, parce que sinon ça passe si vite. Et vous êtes juste comme ce qui est arrivé à ma vie ? Vous savez, je me demande aussi, vous avez parlé du fait que vous avez des journées longues et régulières. Et j'aimerais que vous ayez des conseils sur la façon dont vous les traversez ? Comment faites-vous pour passer à travers vos longues journées d'étude sans vous épuiser ? Avez-vous des trucs ou des astuces ou des conseils qui aident à mémoriser ou une sorte de coordinateur de couleur ? Qu'est-ce que c'est ? À quoi cela ressemble-t-il pour vous ?

Randall 22:25
Oui, c'est une excellente question. Je pense qu'en venant de l'école PA, peu importe où vous allez en premier cycle ou en regardant pour, je vais vous dire c'est un grand choc culturel, vous savez, le niveau du matériel et le niveau auquel vous apprenez est très, très élevé. Et il y a de grandes attentes. Et je pense que cela qu'il faut l'adopter, et sur tous les fronts. Mais ce que je trouve si utile, et comme vous l'avez dit, éviter le burnout, c'est que c'est un long voyage, vous ne voulez pas vous ne voulez pas vous surmener, et vous n'arrivez pas à la ligne d'arrivée. Je pense que c'est de trouver des choses amusantes à faire. Comme je dis, quand je dis profitez du moment présent, la vie n'est pas seulement la plus haute, vous ne devriez pas être vous savez, vos meilleures années ne sont pas devant vous là, vous savez, tous les jours. Et j'essaie toujours de d'incorporer ça pendant l'école de PA. Et ça peut vouloir dire, vous savez, que je peux étudier 12 heures, ce qui semble beaucoup, je vous le dis, c'est beaucoup pour moi, il peut y avoir un jour avant un examen, je regarde juste le matériel, je le décompose, vous savez, peut-être vous savez, nous avons différentes techniques d'étude, 25 minutes d'étude, 5 minutes de pause, j'ai essayé de prendre une heure pour aller à la gym. Et donc je me donne ces petits, je suppose des morceaux de plaisir ou de satisfaction, des choses qui m'apportent de la joie, pour me pousser. Et puis à chaque fois que j'ai un examen, je pense que le logiciel prévoit des événements sociaux, quelque chose avec des amis, et il vous rappelle Ok, plus qu'un jour, plus que deux jours. Parce que je pense qu'ils peuvent vraiment vous aider à atteindre ce prochain obstacle. Et puis quand vous arrivez à un autre examen, vous faites la même chose. parce que comme vous l'avez dit, c'est la quantité de travail qui est nécessaire. C'est beaucoup, mais ce n'est pas ingérable, parce que si c'était ingérable, on ne vous le demanderait pas. Les choses que je fais spécifiquement, j'utilise la répétition espacée, je peux vous dire et je ne savais même pas ce que ce mot signifiait. Avant d'entrer dans l'école, j'étais habitué à, vous savez, lire des diapositives. Et c'est comme ça que les électriques apprennent. Mais il y a des dégraisseurs, comme sur la clé qui va essentiellement mettre des informations en face de vous sporadiquement, comme dans un ratio variable, qui va créer la mémorisation, il y a la cartographie constante, qui peut signifier que vous gardez un tas de termes similaires et vous essayez de les connecter tous. Et quand vous pouvez le faire, vous pensez au test. Ok, je ne sais pas à 100% ce que ça fait, mais je comprends à quoi ça se rattache. Et tu fais une sorte de choix croisé cependant. Um, et je pense que beaucoup de ces choses en général, les gars, il y a beaucoup de petites choses mais en général, elles rendent la quantité requise de votre part est faisable et gérable. Et je pense que c'est fou que les gens m'envoient des messages maintenant, Randall, je ne pense pas que je peux le faire. Et je leur réponds, fais-moi confiance. Tu vas y arriver. Je te verrai dans trois ans, tu seras un assistant de production, quel que soit le domaine dans lequel tu veux être, et je pense que j'ai même eu des gens qui viennent juste de commencer le programme et qui, après le premier test, disent : "Je n'arrive pas à croire que j'ai pu en faire autant. Au lieu de cela, je suis comme, Je suis comme, tu vois, tu te surprends toi-même. Et je pense que c'est comme tu l'as dit, trouver des choses à attendre avec impatience, tu sais,

Brooke Smith 25:15
C'est cette mentalité de mettre un pied devant l'autre et de se concentrer sur la prochaine étape. Et la prochaine étape, dans le prochain épisode. tu ne te laisses pas submerger par toutes les choses que tu as à faire. Mais aussi, je pense que l'exploitation minière de la petite normalité dans votre journée, des petits moments de respiration, de temps pour soi, pour essayer de mémoriser et je pense que ce que je vous dirais, c'est de vous dire . c'est de te dire que tu peux le faire. Vous savez, l'esprit est une chose si puissante. Et parfois quand je dois faire quelque chose de vraiment difficile et que je suis comme, je je ne sais pas comment je vais faire ça. Je me dis, Oh, pas de problème, je m'en occupe, ça va être facile. Je vais le faire. Qui va être comme, comment tu vas faire ça ? Je suis comme, Oh, ce n'est pas un problème. Je vais le faire. Et je me suis juste dit que je pouvais le faire. Et tu ne croirais pas la différence que ça fait, ça semble si bête, mais juste tourner votre esprit et dire, c'est facile, je peux le faire, même si ça ne l'est pas. vous vous dites juste que ça l'est. Et vous verrez qu'au lieu d'être découragé, quand vous ne vous souvenez pas de quelque chose, vous vous dites : "Non, j'ai ça, je vais... je peux le faire, je sais que je peux le faire. Et votre cerveau va se souvenir aussi, je pense, je ne sais pas si vous faites ça quand vous mémorisez. Mais parfois, quand j'essaie de mémoriser quelque chose, je fais des petites siestes. Et je veux dire, comme peut-être deux minutes, je ferme juste mes yeux après avoir essayé de mémoriser quelque chose pendant un moment. Et j'y pense pendant les 30 premières secondes dans ma tête. Et puis je ferme mes yeux et je je n'y pense plus du tout. Et dans deux minutes, quand je reviens, je me dis : "Oh, en fait, je peux me souvenir, je me souviens beaucoup mieux. Parce que vous donnez à votre cerveau un moment pour absorber tout ça. Est-ce que ça t'est déjà arrivé d'essayer de de mémoriser quelque chose et que vous vous dites : "Je ne peux pas m'en souvenir. Et puis le lendemain matin, vous le savez.

Randall 26:50
Mais c'est une de ces idées où vous avez peut-être atteint ce point, c'est pourquoi ils encouragent à prendre 25 minutes de travail et 5 minutes de repos. de repos, peut-être aller faire une promenade. Je fais aussi... Vous avez mentionné que je fais parfois des siestes à midi. Et je ne suis pas sûr de la science exacte de cela. Mais il y a des scientifiques qui pensent qu'une sieste de 20 minutes ou plus permet de réinitialiser le cerveau. Et ça peut être très utile. Parce que si vous tu t'assois là à le regarder pour toujours, parfois c'est comme si ça n'allait pas marcher, mais comme tu l'as dit, tu te réveilles le lendemain, et tu es comme.., vous avez tout exactement comme c'était. Et je veux aussi dire à propos de ça, cette croyance en soi. C'est presque comme une prophétie qui se réalise d'elle-même. Donc j'aime que que vous l'ayez mentionné. Parce que quand vous croyez en vous, c'est facile. Quand vous êtes bloqué, vous vous dites que vous allez trouver un autre moyen. Mais si vous ne le fais pas, si tu doutes de toi, tu vas juste abandonner. Et donc je pense que ça pourrait être comme, je vais voir comme prendre ce point. Parce que c'est socialement très important.

Brooke Smith 27:44
Ouais, je pense que tu dois juste t'encourager, comme tu encouragerais un ami ou un membre de ta famille, tu sais, comme si tu pouvais le faire. Tu sais, je pense qu'il faut juste encourager ce petit discours personnel comme quoi tu peux t'en sortir. Ça fait vraiment une énorme différence quand il s'agit de... quand ça arrive. Et puis vous vous surprenez vous-même, comme ce dont vous parliez, vous êtes comme, Oh mon Dieu, je ne peux pas croire que j'ai fait ça. Comme si je mémorisais ce truc entier. Et genre, trois heures, je pensais que ça allait me prendre neuf heures ou plus. Et tu t'es surprise toi-même. Mais c'est bien. Parce qu'on est capable de tellement plus qu'on ne le pense, on ne se donne pas assez de crédit pour tout ce dont on est capable. Donc ces choses quand tu te surprends, c'est un bon rappel pour être comme, Oh mon dieu, j'ai grandi un peu et comme ce que je peux faire d'autre que je ne pensais pas que je ne pensais pas pouvoir faire avant. Et ça nous ramène à ce que tu disais à propos de sortir de ta zone de confort et de te dépasser un peu. un peu. Et puis on se rend compte de tout ce qu'on peut faire en faisant de tout petits efforts ou en faisant de petits choix hors des sentiers battus.

Randall 28:39
Oui, j'adore cette idée, parce que je pense que c'est une partie cruciale qui est souvent négligée. Je pense que les médias sociaux se concentrent souvent sur les hauts et il y a vraiment de grands hauts. Mais il est important de réaliser qu'il y aura des mauvais jours, mais la façon dont vous les gérez mais la façon dont tu gères ça définit en quelque sorte qui tu es en tant que personne et comment tu vas faire face et surmonter l'adversité dans le futur. Rouler dans les soins de santé est si éprouvant que ce seront les plus grands jours, j'ai eu en fait l'un des moments les plus humbles et les plus difficiles récemment, nous étions dans un laboratoire de cadavres. et j'ai pu tenir un coeur humain. Quelqu'un a sacrifié son, vous savez, son corps pour la science. Et c'était un tel moment que les émotions... m'ont presque envahi, c'était comme un moment très émotionnel. Parce que pour être dans une position comme ça. Ce n'était pas un haut, ce n'était pas un bas, quelque chose entre les deux. entre les deux. Et je pense qu'il faut apprécier ces moments et juste réaliser que nous devons traverser des moments difficiles. Et des choses comme ça même pour vous sur à vouloir être le meilleur que vous pouvez parce que je ne veux pas que cette personne à sacrifier leur corps en vain. Je veux aider 1000 personnes à partir ce que j'ai appris de cette seule personne dans le moment que nous vivons, il peut y avoir des hauts et des bas, mais c'est juste important de toujours trouver le bien et ce que nous faisons

Brooke Smith 29:59
Je veux dire, vous êtes une personne tellement incroyable, je pense, juste le fait que vous, vous tenez littéralement un coeur humain dans vos mains. Et vous avez de la gratitude pour ça. Tu dis merci d'avoir donné ton corps à la science pour que je puisse apprendre et aider des milliers de personnes. personnes parce que j'ai appris de toi. Et c'est juste un si beau voyage que nous faisons ensemble sur cette planète. Vous savez, il peut être si facile de de penser à toutes les choses qu'on n'a pas, à la voile, à ce que je n'ai pas fait, à ce test que j'ai raté, à tout ça. peu importe que tu tombes, ce qui compte c'est comment tu te remets de ta chute. Ce qui compte, c'est ce que vous avez appris de la chute, c'est combien vous êtes reconnaissant d'être reconnaissant pour la chute qui vous a appris la leçon dont vous aviez besoin. Et vous pourriez avoir à apprendre la même leçon plus d'une fois. Je veux dire, ça va viendra autant de fois que tu auras besoin de l'apprendre. Mais je pense que la gratitude, que vous avez manifestement en abondance, fait de vous une incroyable, bientôt... être AP, j'aimerais l'entendre. Donc je sais que vous êtes à trois mois de votre voyage. Donc ça veut dire que, comme vous l'avez dit, un voyage peut durer de 24 à 36 mois ? Quelle est la durée de votre voyage ? Et pourquoi y a-t-il un écart entre 24 et 36 ? Ou est-ce seulement si vous allez lentement ?

Randall 31:05
C'est une excellente question. Il y a beaucoup de facteurs, je suppose, un peu différents. C'est très similaire avec les infirmières praticiennes. Pour devenir un médecin, la plupart des écoles de médecine sont presque toutes exactement les mêmes, comme il y a deux ou trois ans qui sont accélérés. Les programmes de pédiatrie sont un peu différents. Parce que certains d'entre eux ont des centres d'intérêt différents. L'école de médecine de l'université de Boston, le programme d'assistant médical. que je suis est un peu unique parce que c'est l'un des deux où 70 à 80% de notre classe est composée d'étudiants en médecine, de deuxième année de médecine. Et certaines personnes peuvent dire pourquoi vous allez être officiellement soutenu. Pourquoi voudriez-vous apprendre la même chose ? Et c'est une excellente question. Notre université croit qu'il faut incorporer tôt. Et donc ça veut dire que le produit un peu plus long, c'est 28 mois, mène à un niveau plus élevé de de connaissances médicales. Et pas seulement cela, vous devez réaliser que vous allez travailler avec l'équipe de soins de santé. Ces médecins, dans ce cas parfois en train de collaborer et de vous superviser, ils comprennent que vous avez les mêmes connaissances quand cette même classe avec moi a fait la même tâche. Et cela peut aussi augmenter la confiance entre prestataires, ce qui est important. D'autres raisons le font parce qu'un 24 mois, c'est le fondateur de l'éducation des assistants médicaux. Beaucoup d'entre eux en Californie, comme l'USC de Stanford est notre 30 à 32 mois. Et c'est parce qu'ils ont un tel ils passent beaucoup de temps sur certaines rotations d'employeurs, et viennent plus sur l'éducation déductive. Donc vous pouvez en quelque sorte être à l'université de décider, ce que nous voulons ? Voulons-nous plus de cours facultatifs pour laisser les gens voir ? Ou voulons-nous vraiment consacrer beaucoup de temps à l'éducation active ? Mais comme vous l'avez dit, certains ont J'ai une amie qui suit un programme, et son programme lui donne trois mois de congé. Donc son programme est plus long en conséquence de cela. Donc ça dépend, je sais qu'il y a des choix de temps partiels si vous voulez exagérer le voyage, mais la plupart du temps, la différence est vraiment à la hauteur de la différence entre les deux. mais la plupart du temps, la différence dépend vraiment de l'université, qui dit ce qu'elle veut que vous appreniez quand vous serez diplômé. Par exemple, comment allons-nous vous distinguer un peu d'un autre assistant médical. Et je pense que j'aime bien ça, qu'il est parfois bon de penser que si nous travaillons dans une équipe, chacun pourrait avoir une compétence qui est un peu meilleure. Tu sais, parce que si on a tous les mêmes compétences, on est tous bons à faire le même travail. Mais c'est bien de penser qu'on peut avoir une petite spécialité, non ? Quand on commence

Brooke Smith 33:27
ce que vous voulez faire ce que vous voulez que votre spécialité soit quand vous deviendrez un PA,

Randall 33:32
C'est en fait deux choses. Je pense que ce que j'aime chez un AP et qui nous distingue, je suppose que j'aurais dû le mentionner plus tôt, d'un médecin ou d'une infirmière praticienne, qui sont tous deux bien considérés dans le domaine des praticiens. ou d'une infirmière praticienne, qui sont tous deux bien considérés dans le domaine des praticiens, le médecin étant indépendant dans tous les domaines, et l'infirmière praticienne étant indépendante, selon l'état. praticien étant indépendant, selon l'état, c'est que nous sommes enseignés comme des généralistes. Donc contrairement à un médecin qui peut faire une résidence en médecine d'urgence et y rester coincé pour toujours, je peux assister en médecine d'urgence, et ensuite je peux travailler en psychiatrie, et ensuite je peux travailler en médecine familiale. la médecine familiale. Et puis je peux travailler en dermatologie. Et vous pensez qu'il n'y a aucune autre condition médicale qui peut traiter, diagnostiquer et prescrire qui puisse faire ça. C'est une sorte d'anomalie. Et je pense que pour éviter le burnout, je sais que je veux travailler dans beaucoup de domaines différents. Je pense qu'en revenant à mes racines, je connais la santé mentale, et je pense que la médecine familiale jouera toujours un rôle dans ce que je veux retrouver. Parce que je sais ce que c'est que de ne pas avoir un spécialiste à deux heures de route. Je sais ce que c'est que de ne pas avoir de médecin traitant pendant la majeure partie de ma vie. Et je ne veux pas que d'autres personnes vivent cette même réalité. Je sais aussi qu'étant à Boston, la dermatologie est un grand intérêt intérêt quand je pense à ce que je veux faire. C'est un peu un mélange. Je sais que j'aimerais l'idée de la distance, surtout avec COVID qui a montré que qu'on peut faire de la psychiatrie et de la santé mentale, surtout en cas de pandémie. C'est quelque chose qui est tellement nécessaire. Vous savez, parfois vous vraiment besoin de parler à quelqu'un, j'aime que je puisse faire ça, et je peux aider et travailler à, eh bien, peut-être que je suis à Boston, et puis je pourrais faire de la dermatologie. J'aime l'idée de la dermatologie générale, car on voit toutes ces maladies de la peau. Et pour moi, c'est, je pense, ce que je trouve le plus intéressant maintenant. Mais qui sait, ça pourrait changer, tu sais, je pense que tu ferais des rotations et tu pourrais, tu sais, assister à une chirurgie ou ou faire une biopsie, et peut-être que ça changera tout. Et j'aime bien que tu y ailles avec une idée. Et peut-être que tu fais tout le contraire l'opposé quand tu pars.

Brooke Smith 35:34
J'aime le fait que je n'avais aucune idée que j'avais autant de flexibilité dans ma carrière, c'est incroyable que vous puissiez sauter d'un endroit à l'autre et toujours être utile dans tous ces différents domaines. C'est vraiment intéressant. Je vous remercie de partager cela. Je n'en avais aucune idée.

Randall 35:48
Heureusement pour le pa que la mobilité latérale. Et je pense que c'est très important pour l'épuisement professionnel, parce que j'ai aussi rencontré des personnes en position, peut-être au milieu de leur 20ème année de pratique, peut-être qu'ils ne sont pas aussi passionnés. Et je pense qu'ils peuvent aussi avoir une double certification et faire un autre internat. Mais j'aime que la seconde où je ne suis pas, je ne ressens pas quelque chose à 100%, je peux juste changer. Et je pense que ça me permet de toujours me donner à 100% et de me demander pourquoi je fais ça en en premier lieu. Ce n'est pas pour l'argent. Et je dis aux gens que c'est la première raison qui va à la santé, il y a beaucoup d'autres choses que vous pourriez faire qui vous feraient gagner plus d'argent. Je pense qu'à chaque fois que je pense au voyage, la seule vraie raison pour laquelle vous pouvez y aller c'est parce que vous vous vous sentez concerné. Il y a beaucoup de nuits difficiles, il y aura des moments tristes à l'hôpital, peut-être que quelqu'un ne s'en sortira pas ou que vous aurez de mauvaises nouvelles. Mais je pense à tous les bons moments qui seront là aussi quand j'aiderai quelqu'un ou que je pourrai lui dire qu'il peut rentrer chez lui, ou que les résultats sont revenus et qu'il n'a pas à s'inquiéter. il n'y a rien à craindre. C'est bénin. Et donc je ne sais pas, je pense que cela définit en quelque sorte la raison pour laquelle il est important d'être dans les soins de santé pour moi.

Brooke Smith 36:54
J'aime parler avec toi, parce que c'est tellement clair à quel point tu te soucies de moi. Et quel grand coeur vous avez, je sais que vous avez pris un peu de temps libre après avoir été diplômée en 2019. Et vous travailliez, et puis COVID est arrivé et maintenant vous êtes à l'école d'administration publique ? Est-ce que COVID affecte vraiment l'école de PA en ce moment à Boston, l'ont-ils fait ? Ont-ils des types de mesures différentes qui étaient différentes ? Et comment COVID vous a affecté pendant cette période ? cette période ?

Randall 37:23
Même si nous avons traversé des périodes sombres, je pense que nous avons gagné des choses à long terme. Et je pense que parfois il est important de se concentrer sur les points positifs, vous savez, je pense que ça a amélioré l'accès aux soins. Comme j'ai dit que j'ai grandi à deux heures d'un spécialiste. Et bien, je sais quand j'ai grandi, cela signifiait que vous n'alliez pas voir ce spécialiste souvent. Ou peut-être que vous n'y alliez pas du tout. Et maintenant vous pouvez vous connecter à ton ordinateur, tu as une caméra. Et vous pouvez voir que je suis et je pense que l'amélioration de l'accès aux soins a vraiment été quelque chose de difficile au début. au début, mais c'est peut-être la chose la plus importante que nous ayons gagnée. Et je pense qu'en voyant les fournisseurs, on gagne souvent en confiance et en santé. de santé. Parce que lorsque vous voyez les gens plus souvent, comme dans cette direction ou dans une autre, il y a juste une plus grande confiance dans les personnes à qui vous parlez. Et pour beaucoup des difficultés que nous avons rencontrées l'année dernière, je pense que le plus gros, le plus positif, c'est de permettre à plus de gens de voir et de recevoir de l'aide quand ils en ont besoin. Parce que je pense que c'est tellement ennuyeux.

Brooke Smith 38:24
Absolument. Je pense, vous savez, juste en parlant de ça, ça me rappelle, vous savez, parfois avant c'est comme si vous deviez prendre congé du travail, vous devez conduire pour partir, tu dois y aller. Beaucoup de fois les gens sont juste comme, ils ne veulent pas le faire. Ils sont déjà comme effrayés que quelque chose ne va pas avec eux. Ils sont comme, je n'ai pas vraiment de mauvaises nouvelles aujourd'hui. Comme, c'est beaucoup d'efforts. Et vous devez surmonter beaucoup de choses pour y entrer. Et je pense pense qu'avec le faire en ligne, le faire depuis votre téléphone, le faire depuis une application, être capable de parler à un docteur ou à un médecin. Ça rend les choses tellement plus facile de dire, Hé, j'ai ce problème. Dois-je m'inquiéter ou non ? Vous savez, est-ce que je dois venir ou pas. Et je pense que ça rend les gens plus enclins à aller chercher de l'aide et à laisser passer moins de temps. Parce que vous savez, la plupart du temps avec la maladie, plus vite vous l'attrapez. mieux, mieux ce sera. Donc je pense que ça encourage les gens à dire, "Ok, bien, vous savez, je peux trouver cinq minutes pour appeler la hotline très rapidement et et dire au médecin ce qui se passe avec moi. Et ensuite, s'ils pensent que je dois venir, ils me programmeront. Donc oui, je pense que c'est vraiment génial et positif. Et c'est quelque chose auquel j'ai vraiment pensé,

Randall 39:24
Oh, je me souviens avoir travaillé avec quelqu'un qui s'est absenté du travail pendant 30 minutes parce que c'est tout ce dont tu as besoin. Si vous êtes tu peux sortir pendant la pause déjeuner et répondre à un appel et donc tu penses que cette personne serait probablement venue. Et Et c'est génial de penser qu'une autre personne qui a aidé juste comme une réalité de l'augmentation de l'accès aux soins.

Brooke Smith 39:45
Si génial, si positif. Merci de partager ça. Eh bien, Randall, c'était un tel plaisir de vous avoir sur notre podcast "crafting wellness", j'ai absolument adoré et aimé vous avoir. Pour tous ceux qui écoutent et regardent. Je vais lier toutes ses informations dans cette vidéo. Vous pourrez le trouver sur Instagram et y a-t-il un autre endroit où nous pouvons vous trouver ?

Randall 40:07
Donc c'est à Randall, point final. Ouais. C'était génial d'apprendre à te connaître, Brooke et de te rencontrer en face à face hors ligne aussi,

Brooke Smith 40:17
Absolument, et oui, je suis sûr que Randall serait ravi de parler avec vous. Si vous avez d'autres questions ou si vous voulez lui parler. Je sais qu'il sera heureux de le faire. Et merci encore, Randall, d'avoir participé à notre podcast. Ce fut un plaisir.

Randall 40:28
Merci Brooke.

WELCOME TO THE NEW SCHOOL.
LET'S ROLL

BE THE CAUSE

This is our oath and we need you. The WORLD needs you. We need your heart, your mind, your skills, and your partnership

MORE CRAFTING WELLNESS STORIES

IN HONOR OF OUR WELLNESS HEROES